Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog




jean ferrat - tu aurais pu vivre

Ma France

De plaines en forêts de vallons en collines
Du printemps qui va naître à tes mortes saisons
De ce que j'ai vécu à ce que j'imagine
Je n'en finirais pas d'écrire ta chanson
Ma France

Au grand soleil d'été qui courbe la Provence
Des genêts de Bretagne aux bruyères d'Ardèche
Quelque chose dans l'air a cette transparence
Et ce goût du bonheur qui rend ma lèvre sèche
Ma France

Cet air de liberté au-delà des frontières
Aux peuples étrangers qui donnaient le vertige
Et dont vous usurpez aujourd'hui le prestige
Elle répond toujours du nom de Robespierre
Ma France

Celle du vieil Hugo tonnant de son exil
Des enfants de cinq ans travaillant dans les mines
Celle qui construisit de ses mains vos usines
Celle dont monsieur Thiers a dit qu'on la fusille
Ma France

Picasso tient le monde au bout de sa palette
Des lèvres d'Éluard s'envolent des colombes
Ils n'en finissent pas tes artistes prophètes
De dire qu'il est temps que le malheur succombe
Ma France

Leurs voix se multiplient à n'en plus faire qu'une
Celle qui paie toujours vos crimes vos erreurs
En remplissant l'histoire et ses fosses communes
Que je chante à jamais celle des travailleurs
Ma France

Celle qui ne possède en or que ses nuits blanches
Pour la lutte obstinée de ce temps quotidien
Du journal que l'on vend le matin d'un dimanche
A l'affiche qu'on colle au mur du lendemain
Ma France

Qu'elle monte des mines descende des collines
Celle qui chante en moi la belle la rebelle
Elle tient l'avenir, serré dans ses mains fines
Celle de trente-six à soixante-huit chandelles
Ma France


Quand on n'interdira plus mes chansons

Quand on n'interdira plus mes chansons
Je serai bon bon bon bon bon bon bon
Quand on n'interdira plus mes chansons
Je serai bon à jeter sous les ponts

Je n'chanterai plus qu'les p'tits oiseaux
L'amour le ciel la terre et l'eau
Dans la fanfare opposition
Je soufflerai plus d'hélicon
Je ferai plus mal à personne
J'aurai la plume aseptisée
J'aurai plus la voix qui détonne
Dans les grands shows télévisés

Quand on n'interdira plus mes chansons
Je serai bon bon bon bon bon bon bon
Quand on n'interdira plus mes chansons
Je serai bon à jeter sous les ponts

Je serai le champion du bof
Toujours au côté du plus fort
Un genre de nouveau philosophe
Avec l'idéal au point mort
Je serai plus l'affreux jojo
Qui met ses rimes où il faut pas
Qui fait d'la peine aux collabos
Figaro-ci Figaro-là

Quand on n'interdira plus mes chansons
Je serai bon bon bon bon bon bon bon
Quand on n'interdira plus mes chansons
Je serai bon à jeter sous les ponts

La majorité silencieuse
Ayant enfin trouvé sa voix
J's'rai plus la maladie honteuse
Le chantre qu'on cache à papa
J'incarnerai ces pauvres types
Les masochistes du pouvoir
Qui se régalent par principe
En recevant des coups de barre

Quand on n'interdira plus mes chansons
Je serai bon bon bon bon bon bon bon
Quand on n'interdira plus mes chansons
Je serai bon à jeter sous les ponts

Enfant chéri des monopoles
J'aurai mon avenir assuré
J'invent'rai plus de carmagnoles
Qu'avec l'accord de l'Elysée
Je deviendrai super enzyme
Je deviendrai super glouton
En glorifiant à plein régime
L'Europe des supers patrons

Quand on n'interdira plus mes chansons
Je serai bon bon bon bon bon bon bon
Quand on n'interdira plus mes chansons
Je serai bon à jeter sous les ponts

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :