Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

chemin des courses

Comme suite aux inondations survenues le 7 septembre 2010, les élus du groupe "Agir ensemble pour Cabannes » ont proposés en conseil municipal que la municipalité s'adresse à chaque habitant ayant déposé un signalement de sinistre à la mairie pour mieux connaître les divers constats mais plus encore les causes au-delà du caractère exceptionnel de l’orage et enfin les éventuelles propositions des administrés pour prévenir ce risque  ...

C'est ainsi que l'idée a été retenu et qu'un courrier est adressé aux personnes ayant subit un sinistre et qui se sont déclarées en mairie.

N’hésitez donc pas à faire connaître votre point de vue.

 

 

Le courrier:

Madame, Monsieur,

               

Comme suite aux dégâts que vous avez subis à l’occasion de l’épisode pluvieux des 6 et 7 septembre dernier et que vous avez bien voulu nous signaler en mairie, je tenais à recueillir votre sentiment quant aux causes probables et donc aux éventuels remèdes à apporter pour limiter à l’avenir l’ampleur des dégâts sur votre habitation si un tel épisode venait à se reproduire.

Comme annoncé lors des derniers conseils municipaux, la municipalité a l’intention de lancer, dans les mois qui viennent, un large diagnostic « hydraulique » sur le territoire de la Commune de Cabannes, visant précisément à prévenir au maximum les conséquences des inondations. Cette large étude hydraulique sera menée en concertation avec les riverains et les autorités concernées dans le but d’améliorer la connaissance du terrain et de mieux éclairer les enjeux techniques.

Selon les préconisations révélées par ce diagnostic, d’importants travaux seront aussitôt entrepris sur les différents réseaux d’évacuation des eaux pluviales de la Commune. Ils consisteront principalement à des opérations de curage et/ou au recalibrage des « mayres » (fossés) menées en collaboration étroite avec l’ASA de Cabannes. Afin de faciliter davantage l'écoulement de l'eau, certaines vannes devront sans doute parallèlement être enlevées sur différents secteurs dont l’entretien incombe à la Commune.

Les portions les plus urgentes à réaliser concerneront sans doute les fossés de l’Escampadou et de l’Agouttadou.

Pour limiter les effets pervers du réseau unitaire sur la Commune, l’installation de clapets anti retour, de caniveaux et de puisards sur certains secteurs d’habitation devrait par ailleurs être en mesure de juguler les importantes remontées d’eaux pluviales lors d’épisodes pluvieux.

 

L’ensemble de ces travaux visant à améliorer les débits d’évacuation des eaux pluviales devrait permettre à moyen terme une meilleure protection des personnes (environ 200 habitants) et des biens.

 

Comme suite à la récente reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle sur Cabannes par l’Etat, je profite par ailleurs de ce courrier pour vous rappeler que c’est la loi du 13 juillet 1982 modifiée relative à l’indemnisation des victimes de catastrophes naturelles qui fixe le mécanisme visant à vous indemniser des dégâts que vous avez subis.

Sont ainsi garantis les immeubles et meubles (y compris les véhicules terrestres à moteur) assurés contre les dommages d’incendie ou tout autre type de dommage (vol, dégâts des eaux…). Même après reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle, ne sont cependant pas indemnisables les dommages corporels, le cheptel et, de manière générale, les biens non assurés ou généralement exclus des contrats d’assurance dommages (terrains, plantations, sépultures, voiries, ouvrages de génie civil…), et les dommages indirectement liés à la catastrophe (contenu des congélateurs…), ou frais annexes (pertes de loyers, remboursement d’honoraires d’experts…).

Vous disposiez en principe d’un délai de 10 jours maximum après publication de l’arrêté interministériel au Journal Officiel pour faire parvenir à votre compagnie d’assurance un état estimatif de vos pertes, si vous ne l’aviez toutefois pas déjà fait dès la survenance du sinistre. Votre assureur doit procéder à l’indemnisation, sur la base du contrat couvrant ordinairement les biens touchés, dans les 3 mois consécutifs à cette déclaration ou à la publication de l’arrêté (2 décembre 2010) si elle est postérieure. En d’autres termes, vous avez jusqu’au 1er mars prochain, délai de rigueur, pour procéder à cette formalité.

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :