Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

HISTOIRE DE CABANNES : La gare, les expéditions, les marronniers et le resquilleur…

24-03-2013-14-57-49.jpg

GARE-2013.jpg

 Cliquez sur les photos pour les agrandir

Il y a une dizaine de jour, à l’occasion d’une réunion d’une commission du plan local d’urbanisme, l’information selon laquelle la gare de Cabannes serait en vente m’est parvenue. Je n’ai pas encore vérifié cela, mais cette annonce interpelle.

La gare….Ainsi si j’ai en souvenir l’arrivée du père Noel en train « Gare de Cabannes », accueilli par les élèves des écoles publiques,  je me souviens aussi que le 3 octobre 2008, j’avais participé à une réunion publique à Cabannes  d’une association nommée APBO qui milite pour la remise en circulation d’un train ou autre moyen ferré reliant les villes  traversées par la voie de chemin de fer secondaire qui relie  Plan d’Orgon à Barbentane/Rognonas en passant par Cabannes et Châteaurenard..Un rêve ? Pas tant que cela  si l’on écoute ce que disait le  président de l’APBO :

 «une étude avait été faite, demandée par le Conseil Général et la RDT 13 sur le transport des voyageurs sur cette ligne. Cette étude récente menée par une filiale de la SNCF et de la RATP estime entre 2500 et 3000 voyages/jour en moyenne sur le tronçon Saint Andiol Avignon. Bien sûr, il faudrait réaménager la voie, revoir quelques passages à niveau, acheter des autorails ou des tramways et organiser le service conjointement avec la SNCF, puisqu’à partir de Barbentane la voie lui appartient ainsi que la gare d’Avignon. »

Cabannes-gare.jpg

Cinq ans plus tard, je ne sais exactement où en est ce dossier mais la gare serait donc en vente ! Entre nous, l’augmentation de moins en moins supportable du  prix de l’essence, la perspective d’épuisement des ressources issues des énergies fossiles, la pollution atmosphérique, l’ insuffisance de transports publics pour nos communes rurales vers les grands centre urbains, les embouteillages…ne nous invitent il pas à considérer que ce projet de l’APBO mériterai une étude et une attention beaucoup plus sérieuses ? …Avignon, envisage bien la mise en place d’un Tramway alors que la ville n’a pas de voie ferrée. Est-ce donc un rêve ? Est-ce une utopie ? La question mérite d’être posée !

Pour l’heure, cette possible mise en vente m’invite à regarder dans le rétroviseur de l’histoire de Cabannes.

sattistiques-gare-1911-1912-copie-1.jpg 

En 1913, Léopold Vidau n’a écrit que quelques lignes au chapitre « Chemin de fer » :

«  Cabannes se trouve sur le réseau des chemins de fer départementaux, ligne Barbentane à Orgon, la station est à 500 mètres du village ; elle est reliée à celui-ci par une superbe avenue plantée de marronniers ; il est profondément regrettable que cette avenue ne soit pas rigoureusement droite alors qu’il était si facile de l’établir ainsi.

L’éclairage électrique est fourni par la compagnie du Sud Est ; il a remplacé, depuis 1906, le vieil éclairage au pétrole. »

C’est donc dans un autre chapitre que nous allons trouver quelques indications sur l’activité intense de la gare de Cabannes du 30 septembre 1911 au 31 août 1912 : où il y a eu 12094 expéditions pour 4204620 kilogrammes expédiés.

La destination principale était Paris avec 4432 expéditions pour 1151050 kilogrammes en fruits et primeurs. Il est à noter que certaines expéditions concernaient des arbres ou du fourrage….

sattistiques gare 1911 1912

La gare était bien un enjeu économique pour la commune dont nous pouvons faire la description suivante à partir des indications fournies par Monsieur Vidau :

« La culture intensive des primeurs, asperges, melons, haricots, petits pois, a pris également depuis quelques années une extension considérable…/…De vastes vergers de pêchers, d’abricotiers, de cerisiers, etc., concourent, avec les autres cultures (céréales, fourrages, chardons, graines pour semences) à assurer l’aisance de la cité. Les vins des rives de la Durance sont délicats et ceux du quartier des Combes sont très estimés…/…Deux ateliers pour la confection des emballages en roseau et en osier, nécessités par le transport des fruits et des légumes, occupent une trentaine d’ouvriers. A la suite de la création du marché journalier (18 mai 1909), de nombreux Expéditeurs et Commissaires se sont installés à Cabannes, et, par leurs efforts combinés ont donné une nouvelle impulsion à la prospérité de notre cité. »

La-gare.jpg

la-Gare--20-8-.jpg

Quant au trafic de voyageurs, Léopold Vidau n’en parle pas dans son livre. Par contre Jean Girard l’évoque en 1974 dans le recueil « La Fraternelle »…il précisait :

« C’était pendant la guerre de 14/18, où la jeunesse n’avait que très peu de satisfactions, allait chaque dimanche, par groupe parfois très important, voir l’arrivée du train de voyageurs, dont un venait de Marseille (via Orgon) l’autre de Paris (via Barbentane).

Pour moi, j’ai retenu dans mes souvenirs, alors que je devais avoir dix ans, les nombreux soldats venant en permission, ou en convalescence, principalement notre ancien curé Bernard, tellement grand par nature, que le béret à pointe le grandissait plus encore.

Il y avait aussi un resquilleur, bien entendu, nommé « jean d’où toum », je ne sais pas si j’écris bien le sobriquet. Celui-ci pour ne pas payer des bagages de plus qu’il y avait droit, sollicitait les voyageurs démunis de bagages, pour lui passer des lapins ou volailles dans un sac. »

Nous voilà donc au terme de cette chronique du jour. Les photographies de la gare de Cabannes nous rappellent cette intense activité économique et humaine. Je n’ai pas confirmation du projet de vente mais s’il en était ainsi, j’estime que ce « monument » doit demeurer dans le domaine public.

la-gare-12DSCN2078.jpg

Quant aux questions de transports publics, sachez aussi qu’à Cabannes, entre 1900 et 1920, précise monsieur Girard, il y avait aussi un service régulier de diligence assuré par Justin Escoffier. Le bureau était à l’annexe du café de Monsieur Barret et les écuries chez Duplan (Tarascon route de la carita), plus tard route d’Avignon…)…Je sais qu’une carte postale montre cette diligence, je lance donc un appel à contribution et cela sera peut être le thème d’une autre chronique.(RJ 2013)

vergers-railsDSCN2077.jpg

rails-DSCN2074.jpg

Partager cet article

Repost 0