Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ART-RAP-AGIR--PROVENCE-copier.jpg

(Cliquez sur l'article pour le lire)

 

Nous publions ci après la déclaration publique des élus "Agir ensemble pour Cabannes"

 

 

Après la fermeture du RAP…

 

NON à l’accueil du matin et à l’étude payante à l’école publique

 

OUI la crèche et son association « l’eau vive » doivent avoir les moyens

d’assumer ses missions sereinement

 

OUI à un vrai projet éducatif local à Cabannes construit à partir des besoins.

 

Communiqué de presse des élus-es du groupe

 « Agir ensemble pour Cabannes »

 

 

Mesdames, Messieurs,

 

Les conseillers municipaux du groupe « Agir ensemble pour Cabannes ont décidé de vous informer et de vous alerter sur la situation que connaît aujourd’hui l’ensemble du secteur « petite enfance- Enfance et jeunesse ».

 

En préambule, cela peut paraître dérisoire, mais nous gardons en mémoire une décision plus que symbolique prise en 2008 au lendemain de l’élection municipale.

 

La nouvelle majorité s’était alors empressé de récupérer, contre l’avis des enseignants,  la traditionnelle « remise des dictionnaires » aux élèves passant au collège qui se faisait jusqu’alors dans les cours de nos écoles publiques et privés, pour en réduire le sens et en faire une cérémonie exclusivement municipale. Cette décision avait en son temps était dénoncé et nous vérifions aujourd’hui qu’elle était annonciatrice d’un changement politique radical qui est sous tendu par des conceptions dangereuses pour tout le dispositif de « petite enfance- Enfance et jeunesse ».

 

Rappelons nous, en début d’année à l’occasion du vote de budget du syndicat intercommunal des collèges du canton d’Orgon, les élus de gauche dénonçaient non seulement la diminution des aides attribuées aux 2 collèges du Canton mais aussi l’absence des élus représentants Cabannes à la réunion où cette sombre décision a été prise. Cela démontrait un désintérêt évident et était peu responsable d’un élu.

 

Rappelons-nous ensuite que c’est dans une quasi indifférence et sans aucune réaction que les élus majoritaires ont constaté la disparition de l’activité « initiation à la natation » qui était organisée depuis près de trente ans à l’école Publique.

 

Plus près de nous et récemment, la fermeture de l’association Relais Animation Provence qui depuis 20 ans contribuait à enrichir et diversifier l’offre en direction des enfants et jeunes Cabannais, représente à nos yeux un « séisme » dans ce secteur.

Et pourtant, les difficultés du RAP étaient connues et cette association avait alerté individuellement au printemps chaque conseiller municipal.

Au conseil municipal peu avant l’été, seule une élue au nom du groupe « Agir ensemble pour Cabannes » était intervenue…

Que s’est il passé depuis ? RIEN !

Aucune réaction du Maire et de ses élus…ce qui devait arriver arriva ! Fin novembre nous apprenions par des familles inquiètes que cette association allait fermer ses portes !

Nous constatons aujourd’hui et malgré nos interventions que c’est dans l’indifférence municipale que cette fermeture est entérinée comme si cela arrangeait bien la municipalité.

Certes, la municipalité ne peut pas tout, certes elle n’est pas la seule raison des difficultés de cette association, mais elle a aussi une lourde responsabilité dans cette affaire au regard des nombreuses prestations et services que le RAP proposait.

On peut s’interroger sur le rôle que veut faire le maire au service de la « coordination enfance-jeunesse » dont le périmètre d’intervention se réduit à la sphère municipale sans prise en compte de toute les richesses et diversités des approches associatives en complément du rôle majeur et central tenu par l’éducation Nationale.

 

C’est ainsi que les cendres du RAP n’étaient pas encore froides que la majorité municipale sortait de son chapeau un projet « trompe l’œil » tout ficelé à grand renfort de moyens d’information. Et ce sans aucune concertation avec quiconque (la réunion préalablement annoncé en conseil municipal ayant été annulée 48 heures plus tôt). Cela confirme que les difficultés du RAP sont une aubaine pour quelques élus qui rêvent depuis 2008 d’une telle occasion pou enfoncer le clou d’un tout municipal à minima et bientôt payant !

 

Dans le même temps, une autre orientation allait conduire les élus que nous sommes à intervenir énergiquement. Il s’agit de celle qui consiste à faire payer les familles pour les services « d’accueil du matin et d’étude le soir » à l’école Publique et la raison invoquée est de « responsabiliser les familles » !!!

C’est en effet avec stupéfaction que nous avions découvert par hasard fin juin les intentions de la majorité. Il était écrit : « Afin de devancer les exigences de la C.A.F. et afin de responsabiliser les parents, il est proposé…de mettre en place un tarif annuel pour les accueils du soir et du matin »…

Cela nous avait conduit quelques observations :

 

Nous estimions que la commune n’avait pas à devancer des dispositions pas encore prises d’une institution extérieure et n’a pas, encore moins, à en faire payer le prix des reculs en matière de politique familiale et sociale aux seules familles fréquentant l’école publique de Cabannes.

Nous estimions le deuxième argument irrecevable car d’une part la grande majorité des parents sont responsables contrairement à ce que le Maire affirmait et d’autre part « faire payer pour responsabiliser » ouvre la porte grande à de nouvelles injustices sociales à Cabannes… N’ont ils rien trouvé de mieux que de faire payer pour responsabiliser ?

 

Ce projet suite à nos interventions semblait être abandonné mais voilà que lors du dernier conseil il est revenu « par la fenêtre »

 

Nous tenons à réaffirmer notre plus grande opposition à ce que la garderie du matin et l’étude du soir deviennent des services payants et précisons que quelque soit le tarif annuel proposé par rapport au quotient familial, le fait de mettre en place ce dispositif consiste à mettre le doigt dans l’engrenage infernal du service Public payant, sans tenir compte des réalités de l’offre scolaire spécifique à notre village.

 

Nous pourrions éventuellement comprendre une raison économique pour mettre en place ce « faire payer les familles », mais au regard des augmentations de 30% des indemnités des élus ou des dotations budgétaires pour les activités festives, cela ne tient pas !

 

Par ailleurs, nous tenons à dénoncer la dérive de la municipalité actuelle qui consiste à considérer les enseignants comme étant des « animateurs » et nous tenons à faire part de notre profond désarroi de voir dénaturer le rôle de l’étude du soir…La mise en place dans l’urgence d’un dispositif d’aide aux devoirs sans aucune concertation, sans réel projet construit à partir des besoins pédagogique n’est il pas inquiétant ?

 

Pour nous, c’est bien du rôle de l’école et de l’éducation nationale dont il s’agit à l’heure où les besoins d’éducation vont croissants.

 

Derniers points et qui nous conduit à vous faire part publiquement de nos inquiétudes, c’est le dossier de la crèche et de l’accueil de la petite enfance à Cabannes.

 

Ce dossier était à la une (au moins pour nous) de l’actualité municipale depuis 2008 du fait de la construction d’une crèche à Saint Andiol.

 

A maintes reprises nous sommes intervenus en conseil municipal parce que nous « devinions » les intentions inavouées publiquement de cette nouvelle majorité que nous résumons ainsi :

 

1)       Faire accepter la main mise sur tous les dispositifs associatifs ou municipaliser ces dispositifs

2)       faire des économies sur les subventions attribuées, en particulier sur les activités éducatives pour financer d’autres projets jugés plus « populaires » voire « populistes ».

 

Et bien, nous pouvons aujourd’hui vérifier cela concernant la crèche « l’eau vive » !

 

Depuis le vote du budget prévisionnel, où une somme de 90 000 € avait été budgétée, un groupe de travail (composé d’élus de la majorité et d’opposition et des responsables de la crèche) devait depuis le mois d’avril se réunir pour examiner les conditions d’attribution de la subvention à l’association et débattre des modalités durables des relations entre crèche et municipalité.

 

Ce groupe, c’est réuni « pour la forme », seulement que le 2 décembre 5 jours avant le  conseil municipal du 7 décembre où nous avons été mis devant le fait accompli d’une attribution de 30 000 € à la crèche en lieu et place des 85 000 € nécessaires (comme s’il fallait racler les fonds de tiroirs). ..

 

Et dire que le Maire le temps d’une élection s’était engagé, citons le « Les projets les plus importants seront présentés et soumis à l'avis de la population » et qu’il estimait dans ses « bonnes résolutions » de début d’année « que les commissions municipales ne devaient pas être des chambres d’enregistrement » ?!?!?!

 

Précisons que sur cette somme de 30 000€ la municipalité déboursera en fait que 8000 € pour assurer sur notre commune un accueil petite enfance de qualité

 

Nous tenons également à dénoncer le fait que la convention pourtant signée par le Maire avec le Président de l’association n’est pas respectée.

 

Nous ne cachons donc pas nos grandes inquiétudes sur ce sujet, cela d’autant que vu l’exiguïté des locaux, vu les notifications faites par les services d’hygiène (sur lequel la municipalité préfère faire la politique de l’autruche) la construction d’une nouvelle crèche s’impose.

 

Mesdames, Messieurs, sur tous ces éléments nous avons choisi de ne pas garder le silence.

 

Nous avons choisi de vous informer car nous pensons que vous, nous pouvons intervenir pour stopper ces orientations de la politique municipale actuelle sans attendre de nouvelles élections.

 

Une chose est de se donner les moyens pour  organiser des fêtes et des cérémonies, une chose est de faire des investissements certes nécessaires et attendus avec l’argent du contribuable, mais une autre chose est d’assumer ses responsabilités en matière sociale et éducative sur notre commune !

 

Le dispositif petite enfance-enfance-jeunesse s’est construit à Cabannes patiemment, peu à peu, souvent avec l’énergie des bénévoles et des associations…C’est tout ce travail collectif et communautaire qui aujourd’hui est remis en cause et ce par un Maire qui, c’est là la contradiction, y avait participé pour partie.

 

Qu’est ce qui justifie un tel changement d’attitude et de politique ?

 

Certes, nous savions qu’il n’y avait aucune ligne ni aucun mot sur une orientation pour le secteur enfance jeunesse dans le programme de la liste du renouveau en 2008, mais étions loin d’imaginer que ce renouveau puisse se traduire ainsi !

 

Certes les mentors UMP gouvernementaux des élus majoritaires avaient montré le chemin avec la suppression de milliers de postes d’enseignants, la remise en cause de la scolarisation des plus petits, la déqualification possible des accueils « petite enfance », la baisse envisagée un temps des aides sociales aux étudiants, la réduction drastique des aides et soutiens aux élèves en difficultés, la diminution des moyens aux associations d’éducation populaire…mais cela ne suffit pas pour tout comprendre et encore moins accepter.

 

Quelles que soient les réponses à cette question, nous vous invitons à ne pas être spectateurs de la recomposition des services offerts. Nous vous invitons à exprimer au nom des familles, des enfants et des jeunes Cabanais le besoin d’avoir un dispositif éducatif et de prise en charge riche, diversifié de qualité et accessible à tous sans discriminations.

Un dispositif qui n’oppose pas services municipaux à services associatifs, un dispositif qui aurait d’autres critères que les seuls critères comptable et financier, un dispositif qui répondent aux besoins des enfants, des jeunes et des familles.

 

Ce choix est un choix d’avenir pour toute notre commune.

 

La gratuité de certains services s’impose ! Notre commune, malgré les politiques gouvernementales, a les moyens de faire d’autres choix.

 

Ensemble stoppons la mis à mal de notre dispositif ! Exigeons un véritable projet éducatif local !

 

Nous demandons :

  •  
  • L’ouverture d’une table ronde avec la participation des professionnels, des différents acteurs institutionnels ou associatifs pour coécrire un véritable projet éducatif car celui proposé est essentiellement qu’un projet de gestion comptable.
  •  
  • A ce que l’accueil du matin et l’étude du soir demeurent des services gratuits
  •  
  • A ce que les engagements municipaux vis-à-vis de l’association « L’eau vive » soient respectés pleinement pour qu’elle puisse travailler sereinement et que s’ouvre une vraie négociation pour garantir un accueil « petite enfance » de qualité à l’avenir dans le cadre de relation respectueuse avec chaque partenaire.

 

Partager cet article

Repost 0