Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

10-04-01-sarkozy-ump-23521.jpg
 La question du bouclier fiscal fait l'actualité...et oui, même des députés UMP le remettent en cause...C'est dire l'injustice criante qu'organisent ces cadeaux fiscaux aux seuls plus riches, aux seuls " trés riches" pourrait on dire du pays. Dans le même temps, une grande majorité de français subit les conséquences d'une crise du système capitaliste: bas salaires, chômage, temps partiels imposés...Et en matière de fiscalité l'injustice est aussi flagrante! par exemple l'heure où l'état se désengage de plus en plus de ses missions de sercice public comme dans les secteurs de la santé, de l'éducation mais aussi vis à vis des communes... et c'est ainsi que les impôts locaux ne cessent d'augmenter....En fait ils veulent nous faire payer leur crise!

Article paru dans le journal libération:

Les inégalités se sont creusées entre Français les plus aisés et le reste de la population entre 2004 et 2007, relève l’Insee vendredi.

La moyenne des très hauts revenus a augmenté «plus rapidement que (celle) de l’ensemble de la population» contribuant ainsi à creuser les inégalités «par le haut», note l’étude 2010 de l’Insee intitulée «Les revenus et le patrimoine des ménages».

Alors qu’elles ne représentent qu’1% de la population, ces personnes à très hauts revenus perçoivent 5,5% des revenus d’activité, 32% des revenus du patrimoine et 48% des revenus exceptionnels déclarés (plus-values, levées d’options).

Le nombre de personnes riches est en forte augmentation: entre 2004 et 2007, 70% ont gagné 500.000 euros par an et 28% plus de 100.000 euros par an.

Le niveau de vie moyen: 1.760 euros par mois

Ce qui conduit l’Insee à constater qu’en 2007 le niveau de vie annuel moyen des personnes vivant en France métropolitaine s’est établi à 21.080 euros soit environ 1.760 euros par mois contre 20.750 en 2006 soit 1.730 euros par mois en 2006 (+1,6%).

Ce sont les 50-64 ans qui sont les mieux pourvus, avec près de 25.000 euros annuels.

Le niveau de vie médian (50% des ménages gagnent plus, 50% gagnent moins) était en hausse de 2,1% par rapport à 2006, à 18.170 euros, soit 1.510 euros par mois.

Le «niveau de vie» se calcule en divisant les revenus du ménage par le nombre de personnes qui le compose mais en tenant compte des économies d’échelle induites par la vie en commun (un seul réfrigérateur) et du fait que les enfants consomment moins que les adultes.

Autre signe de creusement des inégalités, les salariés les mieux rémunérés du privé, souvent dirigeants ou financiers, sont payés sept fois plus que la moyenne des salariés à temps complet et ont bénéficié de hausses de salaires «substantielles» de 2002 à 2007, bien supérieures à l’ensemble des salariés.

8 millions de personnes sous le seuil de pauvreté

A l’autre bout du spectre, le taux de pauvreté connaît «une relative stabilité après une longue baisse», a expliqué Jean-Louis Lhéritier, un expert de l’Insee, lors d’une conférence de presse.

En 2007, le seuil de pauvreté correspond à un niveau de vie de 908 euros par mois et concerne 13,4% de la population, soit huit millions de personnes.

Les familles monoparentales, les personnes vivant dans un ménage immigré et les chômeurs restent particulièrement exposés au risque de pauvreté monétaire.

«Plus de 30% des personnes vivant au sein d’une famille monoparentale sont ainsi confrontées à la pauvreté», note l’Insee. Les risque d’être pauvre est 4,7 fois plus élevé si on est au chômage.

Enfin, plus du tiers des personnes appartenant à un ménage immigré vit sous le seuil de pauvreté, selon l’Insee.

(Source AFP)
 
En direct du sénat...à lire!
Bouclier fiscal, la provocation doit cesser : les sénateurs du groupe CRC-SPG renouvellent leur demande d’abrogation

Les sénateurs du groupe CRC-SPG déposent à nouveau une proposition de loi d’abrogation du bouclier fiscal et la soumettront à la discussion du Sénat le 20 mai prochain à l’occasion de leur « niche » parlementaire.

Il y a un an, le 26 mars 2009, le groupe CRC-SPG avait déjà utilisé son ordre du jour réservé pour proposer l’abrogation de cette mesure d’injustice fiscale.

La majorité sénatoriale l’avait refusée sans hésitation.

Les temps changent, l’UMP et ses alliés ont été rudement sanctionnés lors des récentes élections régionales.

L’exigence de solidarité face à la crise et d’une nouvelle répartition des richesses s’exprime aujourd’hui avec force.

Le Président de la République, saisi d’autisme, ne veut rien entendre et maintient coûte que coûte le cap de l’assistance aux plus privilégiés. Le Parlement, le Sénat en particulier, ne peut ignorer cette aspiration massive de nos concitoyens.

67% souhaitent la suppression ou la suspension du bouclier fiscal. Chacun, y compris au sein de la majorité, pourra exprimer clairement sa position à l’occasion du débat le 20 mai.

Le bouclier fiscal est un symbole ; l’arbre qui cache la forêt des niches fiscales et de l’injustice sociale.

Son abrogation sera un pas important en attendant une vaste réforme fiscale au service du plus grand nombre et non pas de quelques détenteurs de gros capitaux.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :