Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chers lecteurs du blog,

J’ai le plaisir de vous informer que j’ai accepté d’être, au côté de la sénatrice Isabelle Pasquet, candidat à l’élection sénatoriale sur la liste « Rassembler à Gauche pour nos communes, pour la démocratie, pour une relance sociale et écologique »

Jacques Rousset

Article paru dans le journal : La Marseillaise

Sénatoriales. Isabelle Pasquet veut un changement de cap

À la tête d’une liste progressiste, la sortante communiste est déterminée à rassembler pour combattre la politique du gouvernement et faire entendre une voix différente à la Haute assemblée.

Après s’être officiellement lancée dans la course fin août, Isabelle Pasquet, Sénatrice communiste sortante dévoilait hier sa liste (lire ci-dessous) et rappelait l’objectif de sa candidature : « rassembler ceux qui ne se retrouvent pas dans la politique actuellement menée et qui veulent peser pour un véritable changement de cap ».

Avec ses colistiers très remontés contre la métropole et la réforme territoriale, elle entend aussi mener bataille contre la baisse des dotations de l’État aux collectivités et l’austérité. « La baisse des dépenses publiques est une épreuve sans issue, très éloignée des besoins des jeunes, des retraités, des salariés du département qui subissent depuis trop longtemps une politique alignée sur l’orthodoxie libérale européenne », dénonce Isabelle Pasquet. Au sein du Groupe Communiste, Républicain et Citoyen, elle a d’ailleurs contribué à repousser des textes qu’elle estimait contraires aux intérêts de la population. « J’ai toujours refusé les politiques libérales et voté en faveur du développement des services publics, de la défense des droits des salariés et des êtres humains », insiste-t-elle.

Porter la voix « rebelle, constructive, offensive » du département

Très critique à l’égard d’un gouvernement « issu du PS mais qui s’éloigne de plus en plus de la gauche », la Sénatrice veut « rassembler sur les valeurs de la gauche, faire entendre la voix des couches populaires et du mouvement social, très vivant dans notre département ».

Selon Pierre Dharréville, Secrétaire départemental du PCF, l’objectif n’a rien d’utopique : « si ça a craqué à la rentrée c’est que beaucoup d’hommes et de femmes de gauche, y compris au Parti socialiste considèrent qu’il y a d’autres possibilités que la politique mise en œuvre par le gouvernement »Hélène Le Cacheux membre du bureau national du Parti de gauche et colistière d’Isabelle Pasquet juge de même, qu’une prise conscience s’effectue sur la nature du gouvernement Valls 2, « il ne s’affiche plus à gauche, ça s’est accéléré. Les citoyens peuvent prendre part à l’élection sénatoriale en faisant pression sur leurs élus locaux ».

Jean-Marc Charrier, Président du Groupe Communiste au Conseil Général et également engagé sur la liste, ne décolère pas depuis la présentation de la réforme territoriale : « le gouvernement envisage de supprimer en 2020 le Conseil Général, une institution qui investit 80% de ses 2,2 milliards d’euros de budget dans la politique sociale et la solidarité ». En charge des ports dans l’exécutif départemental, il souhaite qu’Isabelle Pasquet puisse aussi continuer de faire entendre sa voix sur le dossier SNCM.

Lignes politiques concurrentes à gauche

Sa réélection n’est pourtant pas gagnée d’avance avec la concurrence de Jean-Noël Guérini, de Samia Ghali et de la liste EELV. « Les conditions du rassemblement ne sont pas réunies par rapport à 2008 où l’union de la gauche avait été possible. Le Président de la République, le Premier Ministre ne tiennent pas leurs engagements », répond Jean-Marc Charrier.

Si Isabelle Pasquet regrette qu’EELV n’est pas répondu favorablement à son appel au rassemblement, elle compte faire reconnaître la spécificité de son action en rappelant les votes qui la distinguent de ses concurrents PS et ex-PS.

Patricia Fernandez-Pédinielli, Maire de Port-de-Bouc et 3e sur la liste, insiste : « notre engagement est tourné vers les grandes valeurs de la République et de la démocratie. Nous ne pouvons pas nous empêcher de faire de la politique, de la vraie, en favorisant l’intervention citoyenne pour porter la voix des habitants et que rien de leurs attentes ne se perde dans les couloirs ». Face à la possibilité pour le FN d’emporter un siège, Pierre Dharréville  affirme que la liste d’Isabelle Pasquet, en « incarnant la liberté à gauche, en portant la voix rebelle, constructive, offensive du département », peut lui faire obstacle.

Questionnée sur la mise en congé de l’épouse de Thomas Thévenoud par le Président du Sénat dont elle était le chef de cabinet, Isabelle Pasquet déplore « un nouvel épisode qui rajoute au "tous les mêmes, tous pourris" pour des citoyens qui lorsqu’ils ne payent pas leur loyer sont mis dehors », et ironise : « pour notre part, nous payons nos impôts, nous payons notre loyer et nous n’avons pas de phobie administrative ».

Léo Purguette (La Marseillaise, le 12 septembre 2014)

Des candidats « en ligne pour faire front »

« J’ai l’honneur de conduire cette liste mais nous sommes dix candidats en ligne pour faire front », indique Isabelle Pasquet avant de présenter ses colistiers, « représentatifs de l’ensemble des territoires de notre département et des différentes institutions », souligne-t-elle.

Le numéro 2, Florian Salazar-Martin, préside l’Association Départementale des Elus Communistes et Républicains et la Fédération nationale des collectivités territoriales pour la Culture. Il est Adjoint au Maire de Martigues.

Patricia Fernandez-Pédinelli, est quant à elle Maire de Port-de-Bouc, membre du comité directeur de l’Association des Maires de France et Vice-Présidente de la Communauté d’agglomération du Pays de Martigues. Devenue à 33 ans la plus jeune édile du département, elle est depuis 2012 Députée suppléante de Gaby Charroux.

Jean-Marc Charrier, qui la suit sur la liste, préside le Groupe Communiste au Conseil Général des Bouches-du-Rhône où il est en charge des ports et de la filière pêche. Il est élu de Port-Saint-Louis-du-Rhône.

Hélène Le Cacheux, est pour sa part membre du bureau national du Parti de Gauche et militante parent d’élève à Aix.

Elle est suivie par Jacques Rousset, cadre supérieur de santé et Conseiller municipal de Cabannes qui précède Mireille Fouqueau. Aubagnaise engagée en faveur des personnes handicapées, elle dirige une association de défense des droits des paralysés.

Pascal Gillet, représente quant à lui la ruralité sur la liste. Il est agriculteur, membre du réseau Cocagne et Conseiller municipal de Châteauneuf-les-Martigues.

En plus des huit candidats qui briguent les sièges à pourvoir, la loi prévoit désormais deux remplaçants. Il s’agit pour la liste « rassembler à gauche pour nos communes, pour la démocratie, pour une relance sociale et écologique » conduite par Isabelle Pasquet de Sylvia Bonifay, enseignante et Conseillère municipale de la Ciotat et de Jean-Marc Coppola, Vice-Président de la Région Paca et élu de Marseille après avoir conduit les listes du Front de gauche aux régionales de 2010 et à la municipale de 2014.

La Marseillaise, le 12 septembre 2014

Repères

Isabelle Pasquet : « J’ai toujours refusé les politiques libérales et voté en faveur du développement des services de la défense des droits des salariés ».

8 sièges sont à pourvoir dans les Bouches-du-Rhône. Le département fait partie de ceux dans lesquels le scrutin s’effectue à la proportionnelle à la plus forte moyenne. En 2008 après des municipales favorables la gauche décrochait cinq sièges : quatre pour le PS et un pour le PCF.

Election sénatoriale : je serai candidat pour « Rassembler à Gauche pour nos communes, pour la démocratie, pour une relance sociale et écologique »

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :